Le monologue intérieur du régime


L’autre jour je te disais que je pense à cette histoire de bouffe/régime/minceur 93% du temps que je passe éveillée. Ca peut paraître un peu élevé comme chiffre. Après tout, si je pense à ça 93% du temps, comment je fais pour penser à (au choix) mes enfants, mon mari, mon boulot, la vie, la mort, le cosmos ?

Après tout, je suis une femme active, j’ai autre chose à faire que de me ronger les sangs sans arrêt pour cette histoire de poids même si c’est vrai qu’il faut que j’en perde sauf que c’est pas en mangeant la tablette de chocolat entière comme j’ai fait hier que ça que je vais y arriver alors qu’il le faudrait vraiment regarde ton cul comme il est gros dans ce pantalon oui je sais c’est horrible faut vraiment que je m’en rachète à ma taille sauf que j’ai pas le courage d’acheter du 42 surtout que peut-être que je vais finir par maigrir alors c’est idiot de dépenser des sous pour de nouvelles fringues alors que si ça se trouve dans 2 mois ça n’aura servi à rien le truc c’est que c’est pas en mangeant une tablette de chocolat entière comme t’as fait hier que tu vas y arriver…

Et bla bla bla, et bla bla bla.

Heureusement, tout ça, je me le raconte en toile de fond, dans un monologue semi-conscient qui est devenu comme une seconde nature.

C’est devenu tellement une habitude que vu que je m’en rends pas compte, je ne peux pas m’en débarrasser. Un peu comme un tic de langage.

Et encore, un tic de langage, d’autres personnes l’entendent. Elles peuvent te le faire remarquer, que tu puisses en prendre conscience et éventuellement l’éliminer.

Là, je suis toute seule dans ma tête.

Information et Liens

Rejoignez le groupe en commentant, traquant ce que les autres ont à dire, ou en pointant depuis vôtre blog.


Autres Posts

Commentaires des Lecteurs

Désolé, le commentaires sont clôt.