Bilan après presque 4 mois de « Maigrir sans régime »


Presque 4 mois que j’ai commencé avec la méthode Zermati, que ce blog existe. L’heure d’un petit bilan. Et comme ce matin je me sens particulièrement découragée, peut-être parce que j’ai passé trois quart d’heure ce matin à me morfondre devant ma penderie qui ne contient plus que des vêtements qui ne me sont trop petits, je vais commencer par les points négatifs.

1. J’ai pris du poids. Plus exactement, je suis passée au dessus de la barre fatidique des 70. Zermati en parle dans son bouquin, globalement pour dire que c’est n’importe quoi d’être satisfaite un matin quand la balance affiche 69.8 et être désespéré le lendemain quand elle affiche 70.1. Oui c’est absurde. Oui je me sens idiote. Oui je culpabilise. Mais ça fait pas avancer le schmilblick. Je pèse plus de 70 kg et ça me désole. C’est comme ça.

2. Je pense toujours autant à mes problèmes de poids, pour l’écriture de ce blog mais aussi pour être à l’écoute de mes sensations. Si je devais donner un chiffre, je dirais que j’y pense 93% du temps que je passe réveillée. Et des fois j’en rêve aussi. C’est dire.

3. Mon rapport à la culpabilité s’est modifié, mais est resté à peu près le même. Je me parle plus gentiment, mais je crois qu’au fond, je m’en veux encore souvent de ne pas être à la hauteur, de ne pas être capable.

4. Je m’étais dit que j’allais certainement grossir un peu lors de la mise en place mais que j’allais réussir tout de même à maigrir, et surtout que ça allait arriver avant l’été. Or je vois l’été qui se profile avec la certitude désormais qu’à moins de faire un régime draconnien pendant les 4 prochaines semaines, il va falloir que je m’achète un maillot de bain taille 44. La lutte contre le régime est désormais quotidienne.

5. Je ne suis pas sûre que ça ait vraiment un rapport mais mon corps s’est transformé récemment. L’été dernier j’avais déjà remarqué de la cellulite sur le devant de mes cuisses, là où avant il n’y en avait jamais eu. Cet hiver je remarque que j’ai beaucoup plus de gras au niveau abdominal qu’avant. Je vieillis, quoi. Et ce qui me désespère dans le fait de vieillir, ce ne sont pas les rides ni la maladie (bon ok un peu aussi soyons honnetes) mais c’est surtout l’idée que je ne serai peut-être jamais mince avant d’être vieille. Je me raccroche à l’idée que je serai peut-être une petite vieille mince, mais en fait j’y crois qu’à moitié…

Voilà pour les points négatifs. Heureusement qu’il y en a aussi des positifs ! Mais ça, ce sera pour un prochain billet…

Information et Liens

Rejoignez le groupe en commentant, traquant ce que les autres ont à dire, ou en pointant depuis vôtre blog.


Autres Posts

Commentaires des Lecteurs

Jolie et grosse c’est une possibilité aussi non? Tu poses un bien dur regard sur toi, je suis sûre que d’autres regards de ton entourage sont bien plus indulgents, voire admiratifs sur ta personne, sur ton corps…ce n’est pas un soutien possible?

@Palace : Si bien sûr ! Je pense que je me vois bien plus moche que d’autres peuvent le faire. Mon mari par exemple, me dit qu’il me trouve belle assez régulièrement. Mon problème, c’est que j’aimerais bien le croire mais que j’y arrive assez peu souvent…

Je me dépêche d’écrire les points positifs, que tu vois que je ne fais pas QUE broyer du noir :p

[…] jour je te disais que je pense à cette histoire de bouffe/régime/minceur 93% du temps que je passe éveillée. Ca peut paraître un peu élevé comme chiffre. Après tout, si je pense à ça 93% du temps, […]