Je continue avec Zermati malgré la culpabilité


Avant je culpabilisais parce que j’avais mangé du chocolat.
Désormais, je me culpabilise parce que j’ai mangé du chocolat alors que je n’avais pas faim. 

Avant je culpabilisais parce que je n’arrivais pas à m’empêcher de grignoter entre les repas.
Désormais je culpabilise parce que je n’arrive pas à m’empêcher de manger quand je n’ai pas faim.

Avant je culpabilisais parce que j’avais sauté une séance de sport.
Désormais je culpabilise parce que j’espère tellement que le sport que je fais va me faire maigrir.

Avant je culpabilisais parce que je n’avait pas la force mentale de faire un régime assez longtemps pour maigrir.
Désormais je culpabilise de ne pas avoir la force mentale pour me convaincre que grosse ou mince, je vaux toujours autant.

Avant je culpabilisais quand je voyais mes cuisses pleines de cellulite.
Désormais je culpabilise quand je vois mes cuisses pleines de cellulite.

Que de changements, n’est-ce pas ?! De tels encouragements ça donne pas envie de continuer, tu vas me dire. Franchement, des fois je me demande bien pourquoi je continue cette méthode Zermati…

Mais à y réfléchir, je connais parfaitement la raison.

Même si les résultats ne sont pas super concluants pour l’instant, même si c’est pas tous les jours facile, même si je me sens toujours aussi mal dans ma peau, même si je continue à culpabiliser comme avant ou presque, c’est quand même nettement moins difficile que le combat des tous les instants que je me livrais avant…

Information et Liens

Rejoignez le groupe en commentant, traquant ce que les autres ont à dire, ou en pointant depuis vôtre blog.


Autres Posts

Commentaires des Lecteurs

comme je me reconnais!
bon sang de sort!

On est aussi le 07 avril et j en suis aux mees deductions!
genial, et on fait quoi maintenant?
Quoiqu il en soit…
je ne sais meme pas… quoi dire, quoi ecrire, quoi penser
tant ca fait mal…

et si c etait vraiment le dernier???

[…] Mon rapport à la culpabilité s’est modifié, mais est resté à peu près le même. Je me parle plus gentiment, mais je crois qu’au fond, […]