Honte, manque de volonté et carnet alimentaire


Depuis que j’ai reçu « Maigrir sans régime », le livre de Zermati, je tiens un carnet alimentaire comme il conseille de le faire. Enfin j’essaie. Parce que j’ai beau essayer de noter tout ce que je mange, je n’y arrive pas.

Il faut dire qu’il ne faut pas seulement noter tout ce qu’on mange, mais en plus noter où et avec qui, si on avait faim avait, si on a pris du plaisir, si on a trop mangé, si on a senti au cours du repas qu’on mangeais trop, si au contraire c’était seulement à la fin du repas, comme l’autre soir quand je me suis levée pour aller aux toilettes dans le resto savoyard et que je me suis rendue compte tout à coup que mon estomac prenait toute la place dans ma cage thoracique et qu’il me fallait soulever mes épaules au maximum pour laisser entrer un filet d’air tout minable sous peine d’être asphyxiée. Oui, j’ai survécue de justesse à une asphyxie par raclette. Y a des moments dans ma vie que je ne m’envie pas.

Mais je m’égare. Revenons au carnet alimentaire. Je disais donc qu’il faut y noter plein de choses et je m’apprêtais à dire que ça prend du temps et que c’est pour ça que j’y arrive pas.

Mais je t’aime bien, et j’ai pas envie de te raconter des salades, surtout que si t’es au régime depuis longtemps comme moi t’as déjà du en manger beaucoup trop.

Non, la vraie raison, c’est que j’ai pas envie de voir la vérité sur mon manque de volonté. Ou plus gentiment (parce que Zermati conseille aussi de se parler gentiment), j’ai pas envie de constater l’étendue des dégâts de mon état de restriction cognitive. Je préfère nettement me cacher à quel point je suis nulle.

Prends aujourd’hui par exemple. Si j’avais tout noté, ça aurait donné ça :

8h. Pain au chocolat. Seule à mon bureau. J’avais faim mais pas envie d’un pain au chocolat mais que veux-tu on peut pas acheter grand chose d’autre dans la boulangerie sur le chemin et j’allais tout de même pas manger une pomme pour le petit dèj !

8h47. 2 carrés de chocolat aux noix de pécans. Seule à mon bureau. J’avais pas faim mais envie d’un truc sucré. Faut dire que j’avais pas pu profiter vraiment de mon pain au chocolat vu qu’il fallait que je termine un truc urgent pour ma chef qui arrive à 9h. Je me dis que j’ai envie d’un seul carré mais j’en mange 2. Je finis écœurée.

9h19. Un chocolat chaud. Avec une collègue que j’aime bien. Elle m’invite toujours à prendre un café et vu que j’en bois pas je lui dis toujours non… Elle va finir par se vexer… Heureusement que mon écœurement de chocolat est parti.

12h10. Une soupe miso, 4 sushi et 1 sashimi de saumon, 2 desserts innommables et indéfinissables. Avec une amie dans un de ces restos japonais avec le tapis roulant rempli de bouffe qui tourne sans cesse au milieu, qui passe et qui repasse et qui dit « maaange moi » de plus en plus fort. J’avais pas vraiment faim avant mais j’avais quand même envie de saumon cru. Par contre les desserts étaient objectivement de trop, et pourtant j’en ai pris deux, tous les deux limite immangeables, que j’ai pourtant mangé parce que je les avais payé et bon, on gaspille pas la bouffe quand on a pas beaucoup de sous (ça doit me venir de quand j’étais petite).

13h35. 3 carrés de chocolat. Seule à mon bureau. Je rentre du resto le bide blindé mais je suis frustré d’un bon dessert. Ecœurement total. Un demi-carré m’aurait largement suffit mais qui mange un demi-carré de chocolat ?

14h56. 2 gâteaux à la confiture. Seule à mon bureau. J’ai envie d’un gâteau, j’en mange 2. Je n’ai plus faim depuis ce matin et je suis angoissée à l’idée de ne pas pouvoir manger avant ce soir, voire peut-être demain, quand la faim reviendra enfin. Dans ces conditions, autant manger tout de suite.

15h38. 4 Paille d’Or. Seule à mon bureau. J’avais réussi à me raisonner et de toute façon j’étais écœurée des gâteaux à la confiture mais une collègue me propose d’autres biscuits, d’une sorte que je n’ai pas mangée depuis longtemps. Vais-je enfin y trouver un apaisement ? Je sais que non, que je ne peux pas, que je ne prendrai pas de plaisir à manger des gâteaux alors que je n’ai pas envie de biscuits et que je n’ai pas faim. Et pourtant je ne peux pas m’empêcher d’essayer…

16h42. Exactement le même scénario, avec une autre collègue et d’autres biscuits.

18h. Rien. J’ai encore envie de manger, mais je me retiens, en me disant que je vais bientôt devoir diner avec ma famille.

20h10. Des raviolis aux artichauts à la crème, une tartine pain beurre, une part de galette des rois. A table avec ma famille. Mon mari a fait à manger. Je lui dis que j’ai pas faim, sachant qu’il me comprendra si je ne mange pas, mais les raviolis ont l’air délicieuses. Je les zieute dan le frigo depuis quelques jours. Je parviens à ne pas manger la salade qu’il a préparé ni le fromage, mais je mange une tartine de pain pour m’occuper les mains pendant qu’eux mange le fromage. A la fin du repas, je n’ai absolument pas envie de galette. Vraiment pas. Mais bon, une galette des rois, ça ne se refuse pas. Si ça se trouve, je vais avoir la fève !

Heureusement, la journée s’est terminée là.

Alors tu comprends bien que j’ai pas envie de savoir tout ça, ni encore moins de le noter. J’ai juste pas envie qu’un manque de volonté pareil soit consigné quelque part, quand bien même je serai la seule à le lire !

Information et Liens

Rejoignez le groupe en commentant, traquant ce que les autres ont à dire, ou en pointant depuis vôtre blog.


Autres Posts

Commentaires des Lecteurs

Ce que tu décris j’aurais pu l’écrire. Je n’ai pas faim mais je mange quand même et beaucoup trop. Je vais lire tes autres articles et si un soutien amical peut t’aider, sache que je suis de tout cœur avec toi.

Je ne crois pas que ce soit un si bon conseil de tout noter. J’ai l’impression que ça fait un peu « mettre le nez dans ton pipi ».
Je préfère tenter de savoir si j’ai faim ou pas et de noter les schémas répétitifs, comme « je mange par convivialité », « je mange par ennui ». Cela permet de changer et de prendre un thé pour la convivialité, un chewing-gum par ennui, etc.

Bien sur que si il faut tout noter!
Et plutôt que de dire « j’ai pas de volonté » en choeur avec notre mode de vie pro-régime et pro-minceur, il faut se demander bon alors, en vrai, chez moi, qu’est-ce qui va pas et qui me fait manger comme ça?

Bon, comme je met ce commentaire avec 7 mois de retard, et que moi je suis parfois à peu près dans cette situation par moments maintenant, je te demande : est-ce que tu serais d’accord de me dire ce qui finalement n’allait pas que je puisse un peu comparer à moi?

@Zoe : Lol. J’ai bien rit à ton commentaire parce que c’est exactement ce que je me dis, moi aussi, 7 mois plus tard 🙂
Bien sûr que je peux te dire ce qui n’allait pas : il suffit de lire la suite du blog 🙂