En restriction cognitive dès 4 ans


Mon fils, 4 ans, court pour rentrer dans la maison avant nous, plonge sa main dans la boite de chocolats qui traine sur la table, attrape le dernier puis se réfugie sous la table où il l’engouffre tout entier dans sa bouche (le chocolat, pas la table).

Je me revois, petite, piquant en cachette des bonbons dans cette boîte qui me narguait à chaque instant depuis sa place en haut de l’étagère du salon, puis me planquant dans mon lit pour les manger.

Stupeur. Inquiétude. Tristesse.

Devant ma consternation, mon mari en rajoute : « Ça fait plusieurs fois que je le vois faire ça. La dernière fois il m’a dit qu’il avait peur que tu le grondes. »

C’est vrai que depuis quelques temps, on diabolise beaucoup le sucre chez nous. Mon régime précédent, le régime IG bas, nous avait fait exclure de notre alimentation le sucre blanc, les bonbons, les gâteaux et le pain blanc, entre autres.

Et lors de notre dernière visite chez le pédiatre, celui-ci a attiré notre attention sur la courbe de poids de notre fils : dans la limite supérieure, sans gravité, mais à surveiller. « Veillez tout de même à ce qu’il ne mange pas trop de sucreries, » a-t-il conseillé, devant mon fils qui buvait ses paroles.

Au moment de le coucher, je traîne un peu, à la recherche de confidences.

– Papa m’a dit que tu t’étais déjà caché pour manger un gâteau l’autre jour parce que tu avais peur que je me fâche ?
– Oui, me dit-il en toute candeur. C’est parce le chocolat c’est sucré.
– Oui c’est sucré. C’est bon le chocolat, hein ?
– Oui j’adore ça !
– Mais tu sais, tu n’es pas obligé de te cacher. C’est normal d’avoir envie de manger un chocolat. Tu peux manger un chocolat si tu en as envie. Mais alors c’est mieux de t’asseoir à table et de le manger lentement pour vraiment profiter du goût.
– Oui mais moi des fois je veux 2 chocolats.
– Bin dans ce cas tu peux manger 2 chocolats. Tant que tu les manges avec plaisir et que tu écoutes bien ton estomac pour arrêter quand ton envie s’arrête.

J’y crois pas encore tout à fait. J’espère qu’il ne va pas sentir mon hésitation. Et je continue, comme pour m’en convaincre : « Des fois on a envie de chocolat, des fois on a envie d’autre chose. »

– En fait maman, le problème c’est que j’ai tout le temps envie de choses sucrées. J’ai envie que de choses sucrées !

Et l’angoisse dans sa voix est si palpable que j’en ai des larmes aux yeux.

C’est tout de même terrible : tout juste 4 ans et déjà un début de restriction cognitive

Information et Liens

Rejoignez le groupe en commentant, traquant ce que les autres ont à dire, ou en pointant depuis vôtre blog.


Autres Posts

Commentaires des Lecteurs

Désolé, le commentaires sont clôt.