Le régime qui n’en est pas un


Bon alors, ce fameux régime qui va être mon dernier, il consiste en quoi exactement ? Parce que c’est vrai, je le reconnais, hier j’ai voulu faire durer le suspens et j’ai pas dit grand grand chose, si ce n’est que je veux perdre du poids et franchement, qui ne le veut pas, de nos jours, je me le demande ?

Enfin non, je ne me le demande pas tant que ça parce que ma belle-mère, elle, elle veut en prendre du poids. Faut dire qu’elle est vraiment rachitique la pauvre, et ancienne anorexique en plus, alors la restriction alimentaire, ça la connaît. Tellement d’ailleurs qu’elle ne peut pas manger plus d’un chocolat le soir de Noël parce que « vraiment c’est bon mais c’est écœurant, non ? » Alors que moi je zieute la boîte toute la soirée et j’attends que tout le monde soit couché pour me relever et m’en engouffrer un petite dizaine en espérant que personne ne remarquera le lendemain.

Enfin bref je sais, je t’ai toujours rien dit. Je m’en rends compte. Et en fait, c’est même pas tant pour faire durer le suspens que parce que je sais pas trop comment présenter ce régime tellement ça n’en est pas un.

Je veux dire, des régimes, j’en ai déjà fait des tonnes. Le sans gras, le sans sucre, le sans gras ET sans sucre, le sans lait, l’hyper protéiné, le régime IG bas, le régime soupe… Ils n’ont pas de secrets pour moi et pour les expliquer, c’est facile : tu dis ce que t’as pas le droit de manger, ou dans certains cas, ce que t’as le droit de manger, parce que des fois franchement, ça va juste plus vite, comme dans le cas du jeûne hydrique qu’est pas vraiment censé être un régime mais que désespérée comme je suis j’ai tenté quand même, je te raconterai ça un jour, un grand moment de bonheur.

Alors que le régime que j’ai commencé depuis hier, c’est pas un régime non plus, en fait. D’ailleurs c’est même l’absence de tout régime. C’est un certain Jean-Philippe Zermati et un certain Gérard Apfeldorfer qui en parlent le plus, par exemple dans leur livre Dictature des régimes : Attention.

Le principe général, c’est d’arrêter de se mettre à la diète sans arrêt et de réapprendre à écouter son corps. De manger quand on a faim, et d’arrêter quand on a plus faim.

Simple, non ?

Sauf qu’évidemment c’est pas si simple. Ce serait trop beau.

Mais ça je te raconterai demain. En attendant, si tu veux, tu peux aller lire l’explication qu’en fait Caroline, qui raconte ça si bien.

Information et Liens

Rejoignez le groupe en commentant, traquant ce que les autres ont à dire, ou en pointant depuis vôtre blog.


Autres Posts

Commentaires des Lecteurs

Désolé, le commentaires sont clôt.